15 février 2009

Préface de Christian Laborde

Dans le bus, durant la tournée Rouge sang, Renaud me disait qu’il aimait la façon dont Marc Large le croque. Moi aussi, j’aime voir la gueule de l’auteur d’Elsa émerger du papier blanc que Marc Large pose devant lui, puis scrute en tirant sur sa clope maigre avant de laisser sa main faire le boulot. Marc est un homme de main. Esquisser, dessiner, c’est confier à sa main ce que l’on a sous la tignasse, dans les tiroirs du rêve, derrière l’os du front. Dans le bus, Renaud me parle de Marco, tandis que les musiciens regardent une... [Lire la suite]